CAMEROUN :: Spécial, Can 2019: L'attaque frontale de Ahmad, les réactions de Tombi, Bidoung etc :: CAMEROON

Spécial, Can 2019: L'attaque frontale de Ahmad, les réactions de Tombi, Bidoung etc

cameroun,special,can,2019,l39attaque,frontale,ahmad,les,reactions,tombi,bidoung,etc,cameroon,CAMEROUN :: Spécial, Can 2019: L'attaque frontale de Ahmad, les réactions de Tombi, Bidoung etc :: CAMEROONAhmad Ahmad : “Aucun site n’est prêt”
Can 2019. Le président de la Caf prend le contre-pied des autorités camerounaises et met en doute les capacités du pays à organiser l'édition 2019 de la Can.

Le Cameroun va-t-il réellement organiser la Can 2019 qui lui a été attribuée par le Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football (Caf) en Septembre 2014 ? La question a désormais tout son sens et chaque jour qui passe en rajoute à ce feuilleton qui tient désormais en haleine toute la planète football.

Le dernier épisode en date concerne cette sortie abondamment relayée du président de la Caf qui a sèchement balayé le discours optimiste des autorités camerounaises qui n’ont eu de cesse ces derniers temps de rassurer l’opinion nationale et internationale sur la capacité du pays à organiser cette compétition prévue à la mi 2019 sous sa nouvelle configuration à 24 équipes.

En visite au Burkina Faso le weekend dernier, le président de la Caf, Ahmad Ahmad, a délibérément chargé le Cameroun, coupable selon lui d’être largement en retard dans l’organisation de ce cet événement. « Même à quatre équipes, le Cameroun n'est pas prêt », a-t-il déclaré face à la presse burkinabè, avant d'annoncer avoir fait appel à un comité d'experts (en hôtellerie, sports, santé, etc.) indépendant (et non issu de la Caf) pour juger de la capacité du Cameroun à organiser la prochaine édition de la Can.

« La Can 2019 tend ses bras au Maroc »

Interrogé plus tard sur le plateau du journal de la télévision Burkinabé, l’ancien président de la fédération malgache de football a même enfoncé le clou. « Au jour d’aujourd’hui avec le standard, avec le cahier de charge qui est en place, aucun site n’est disposé à accueillir la Can au Cameroun », a-t-il dit.

Pour Ahmad Ahmad, « La décision prise c’est de ne plus donner la responsabilité des visites d’inspection aux membres du comité exécutif ni à la commission d’organisation.

Maintenant c’est un cabinet d’audit de renom accepté par tout le monde qui assure cette visite d’inspection avec des experts en football ». « Ces experts vont analyser la situation pour que cette organisation ne soit pas la honte de la Caf », a-t-il ajouté sous un ton de défiance. C’est même un pied de nez que le dirigeant fait aux autorités camerounaises qu’il soupçonne de vendre du vent à l’opinion nationale et internationale. « Vous avez entendu la déclaration des autorités politiques camerounaises qui nous annoncent qu’ils sont prêts… nous allons envoyer cette visite d’inspection et prendre acte des rapports », a-t-il précisé.

Toujours à l’affut, le Marooc n’a pas manqué de se positionner eu égard aux derniers développements. « La Can 2019 tend ses bras au Maroc », a même titré le quotidien sportif marocain Assabah. Selon notre confrère, une commission d’urgence de la Confédération africaine de football s’est réunie le week-end dernier à Tanger, en marge du Trophée des Champions. Cette dernière a consolidé la décision prise lors du symposium de l’instance dirigeante du foot africain, organisé les 18 et 19 juillet à Rabat. Ahmad Ahmad, président de la Caf et ses trois vice-présidents, Kwesi Nyantakyi, Omari Selemani et Fouzi Lekjaa, ont confirmé l’élargissement de la CAN à 24 équipes et ce dès 2019.

“Pour la CAN 2019, le nombre des sélections va passer à 24 au lieu de 16, ce qui implique l’obligation de disposer de 8 stades aux normes FIFA au lieu de 6. Le Maroc est capable d’organiser cette compétition si la CAF en décide ainsi ”, a même déclaré Fouzi Lekjaa, le président de la Fédération Royale Marocaine de Football, et vice-président de la Caf à la presse. De sa position stratégique, ce dirigeant multiplie ainsi les manoeuvres pour faire pencher la balance en faveur de son pays. Il a le champ libre. Issa Hayatou n’est plus là.

Hiondi Nkam IV

L’homme qui fait trembler le Cameroun
Ahmad Ahmad. Le président de la Caf se sert de graves carences organisationnelles du Cameroun pour régler des comptes.

Voici un nom que les Camerounais n’oublieront pas de sitôt. Elu à la tête de la Confédération africaine de football à la place d’Issa Hayatou le 17 mars 2017, Ahmad Ahmad a complètement rebattu les cartes au sein de l’organisation faîtière du football africain en inaugurant un mandat qu’il place sous le signe de la transparence. Avec lui, le Cameroun n’a plus le confort douillet que lui assurait son  compatriote Issa Hayatou. Avec lui, le rêve de la Can 2019 risque de se transformer en cauchemar.

cameroun,special,can,2019,l39attaque,frontale,ahmad,les,reactions,tombi,bidoung,etc,cameroon,CAMEROUN :: Spécial, Can 2019: L'attaque frontale de Ahmad, les réactions de Tombi, Bidoung etc :: CAMEROON

Mais qui est donc cet Ahmad Ahmad ? Né le 30 décembre 1959 à Mahajanga à Madagascar, Ahmad est diplômé en Education Physique et Sportive de l’Ecole normale supérieure de l’Université de Tananarive. Après un passage à l’Université Claude Bernard de Lyon, il suit une formation en Management et marketing du Sport organisé par la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie (Confejes) et obtient parallèlement un diplôme d’entraîneur fédéral de 3ème degré décerné par la Fédération malgache de football (Fmf).

Titulaire d’un master II en Sport Management obtenu sur le tard (2006) c’est comme entraîneur du club de football Ac Sotema que Ahmad Ahmad rentre de plein pied dans le sport. Il n’y met d’ailleurs pas les deux jambes et entame pareillement une carrière dans l’administration et la politique qui culminera avec sa nomination comme secrétaire d'État aux Sports puis ministre de la Pêche. Jusqu’à son élection à la Caf, Ahmad Ahmad était sénateur nommé par le président, Hery Rajaonarimampianina et occupait le prestigieux poste de vice-président de la chambre haute malgache. Arrivé à la tête de la Fédération malgache de football en 2003 c’est en 2013, à Marrakech, qu’il sort du bois. Il est alors élu au comité exécutif de la Caf en tant que représentant de la zone Sud aux dépens du puissant Sud-Africain Danny Jordan, une victoire surprise au second tour de scrutin.

En septembre dernier, il manque pour une seule voix l’un des deux postes de représentants de la Caf au conseil de la Fifa. Mais déjà, l’homme trace son sillon et attend son heure. Il travaille à polir son image sacrément écornée par le scandale autour de l’attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar (qui touche aussi Hayatou) où il est accusé par le Sunday Times d’avoir perçu une somme allant de 30 000 à 100 000 dollars.

On lui a donné le bâton…

L’accusation patauge et Ahmad Ahmad obtient le soutien de Gianni Infantino, le président de la Fifa pour faire barrage à Hayatou qui avait à son tour soutenu Selman Ibn Brahim lors des élections du président de la Fifa. Epidermique sur le coup, Hayatou ignore le rapport de force déjà clairement en sa défaveur et sanctionne le crime de lèse-majesté du « prétentieux » Ahmad.

L’annonce de sa candidature tombe le 13 janvier, à Libreville, quelques heures avant que le comité exécutif de la Caf ne retire à Madagascar l’organisation de la CAN 2017 des moins de 17 ans pour impréparation. Une décision inique qui ne repose sur aucun critère objectif. Courroucé à l’extrême, Ahmad va alors nourrir une vengeance inextinguible contre le Cameroun d’où son acharnement à retirer l’organisation de la Can 2019 au pays de Roger Milla.

D’où ce passage en force pour une Can à 24 dès 2019. D’où cette récente sortie où Ahmad indique que le Cameroun n’est pas prêt avant même la descente des experts qu’il a voulu « indépendants » pour qu’on ne l’accuse point de collusion.

Reconnaissons toutefois que le Cameroun a gracieusement offert le bâton pour se faire bastonner par cet homme revanchard. Pour une Can acquise en 2014, le pays en était encore à passer des contrats avec des entreprises il y a deux semaines. Et selon nos informations, c’est l’ire de Paul Biya qui aurait fait bouger certains fonctionnaires qui ont longtemps fait trainer les procédures en espérant engranger des rétro commissions.

« Lorsque je discute avec les gens au Cameroun au sujet de la construction du stade à Douala, de l’état des routes et du stade à Bafoussam, du grand stade Paul Biya, rien n’avance ou presque. Pas suffisamment vite en tout cas », reconnaissait l’ancien international Patrick Mboma dans un entretien à Rfi le 17 juillet dernier. Ce n’est pas Ahmad Ahmad qui a mis ces mots dans la bouche de la légende du football camerounais que personne ne peut soupçonner de manquer de patriotisme. Selon une information exclusive révélée par votre journal, Paul Biya a invité Ahmad Ahmad au Cameroun pour normaliser les rapports, arrondir les angles et sauver ce qui peut encore l’être. La nation croise les doigts et souhaite qu’il y parvienne. Sinon, le Cameroun n’aura que ses yeux pour pleurer et apprendre une bonne fois pour toute de ses errements managériaux qui font école dans le monde.

H.N. IV

“ Le Cameroun prêt à relever le défi ”
Engagement. Le gouvernement l’a signifié vendredi dernier au cours d’une conférence de presse à Yaoundé.

Vendredi, 4 août dernier, le gouvernement du Cameroun, à travers son porteparole, Issa Tchiroma, le ministre de la Communication, a donné, en compagnie de Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, le ministre des Sports, une conférence de presse pour préciser sa position par rapport à la décision du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf) du 20 juillet 2017 de changer le format de la Can, en passant de 16 à 24 pays. « Je voudrais réitérer ici, le ferme engagement du gouvernement à organiser la Can 2019 dans le format décidé par la Caf, c’est-àdire 24 équipes. Qu’il soit donc clair et définitivement installé dans les esprits des uns et des autres et qu’il n’y ait plus la moindre équivoque à ce sujet. Le Cameroun organisera bel et bien la 32ème édition de la Coupe d’Afrique de football aux mois de juin – juillet 2019 et selon la formule de participation de 24 sélections nationales telle que décidée par la Caf au cours de la session de son Comté exécutif, le 20 juillet 2017 à Rabat », a déclaré Issa Tchiroma face à la presse nationale et internationale. Avant de rassurer : « Qu’il soit ainsi établi, que cette organisation sera excellente, qu’elle sera couronnée de succès à la satisfaction de la Caf, du public camerounais et de la communauté sportive africaine et mondiale (…)A cet effet, le gouvernement tout entier, en relation étroite avec la Fédération camerounaise de football, est en permanence
mobilisé, sous la très haute impulsion du président de la République, du chef de l’Etat S.E M. Paul Biya, et sous la coordination effective de M. le Premier ministre, chef du gouvernement.

cameroun,special,can,2019,l39attaque,frontale,ahmad,les,reactions,tombi,bidoung,etc,cameroon,CAMEROUN :: Spécial, Can 2019: L'attaque frontale de Ahmad, les réactions de Tombi, Bidoung etc :: CAMEROON

Les entreprises et autres partenaires techniques impliqués dans les préparatifs de l’événement sont pleinement engagés, de jour comme de nuit, afin que soit réalisé, dans le respect de la qualité des ouvrages et des délais prescrits, la totalité des travaux des infrastructures et des autres prestations qui leurs sont confiées ». La mission d’inspection « ne vise pas un but de sanction » Face au silence du gouvernement après le changement de format d’organisation de la Can, les journalistes, dans leur souci d’informer, ont pensé jouer leur rôle de « chien de garde », en tirant la sonnette d’alarme. Issa Tchiroma en a profité pour les tacler. « Il faut que ce soit gravé dans les esprits des uns et des autres, en particuliers des journalistes (…) En ce qui concerne particulièrement la presse nationale, son rôle est plus que fondamental en pareille circonstance (…) La plupart d’entre vous ont su le jouer, et à merveille et sont à féliciter et à encourager.

D’autres malheureusement et par endroit, ont plutôt préféré ramer à contre-courant de la volonté nationale, disséminant par-ci des signaux d’angoisse, vouant par-là aux gémonies les capacités de leur propre pays de se situer à la hauteur de ses engagements », s’est indigné le ministre de la Communication.

Dans le cadre de l’évaluation des préparatifs de cette Can Total 2019, une première mission de la Caf va séjourner au Cameroun du 20 au 28 août prochains. Issa Tchiroma a une fois de plus donné l’assurance que cette mission d’inspection n’est pas là pour « faire retirer » l’organisation de la Can Total 2019 au Cameroun. Comme Bidoung Mkpatt, le 18 juillet dernier, Issa Tchiroma est rassurant quant à cette visite d’inspection des sites de la Caf au Cameroun : « Cette mission d’inspection, comme celles qui suivront tout au long de l’évolution du processus vers la date butoir de l’événement, ne vise pas un but de sanction. Au contraire, elle constitue une opportunité d’échange et de concertation permettant de dresser un état des lieux et de réajuster en tant que de besoin, les stratégies orientées vers le plein succès de l’événement.

Pour ce faire, la mission de la Caf attendue dans quelques jours opérera une descente sur chacun des sites de l’événement. Elle visitera toutes les infrastructures intervenant dans l’organisation dudit événement. Il s’agit des infrastructures sportives, hôtelières, hospitalières, aéroportuaires, routières ou de télécommunications. Des séances d’évaluation seront chaque fois organisées et le point sera fait sur les échéances futures. La presse nationale et internationale sera toujours et en tant que de besoin informée de toutes ces évolutions », a-t-il soutenu.

Achille Chountsa

Réactions

“ Mettons-nous au travail ”
Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, ministre des Sports

Nous respectons les analyses, commentaires et points de vue qui ont été fait à propos des règles du jeu qui seraient modifiées en plein match. Un match dont on ne sait l’instance qui l’a programmé, un match dont on ne sait l’instance qui estime que le non-respect est préjudiciable au Cameroun. Nous sommes encore une fois de plus, dans les préjugés que l’on véhicule pour semer le doute. Nous allons souhaiter
qu’à partir de maintenant, il y ait cette fibre patriotique qui va davantage vibrer pour que nous puissions regarder dans la même direction. Je voudrais insister d’abord sur le devoir de reconnaissance pour ce nombre important de pays africains qui veulent organiser la Can ; ce qui est légitime. C’est de haute lutte. C’est avec l’implication du chef de l’Etat que le Cameroun a bénéficié de l’attribution de la Can Cameroun 2019. C’est une victoire diplomatique et sportive.

Après avoir réussi cet exploit, nous devons être reconnaissant envers la Caf, qui a attribué cet événement prestigieux à notre pays. Il faudrait quand même, que dans le cadre de notre commentaire, de nos analyses, que nous insistions, sur ce changement de règles du jeu. Mais aussi, que nous puissions tenir compte du fait que la Caf, c’est bien la structure éthique du football continental, avec une nouvelle équipe qui a l’impératif nécessité de s’arrimer aux mutations qu’impose le développement du football africain et qui estime qu’à un moment donné, il est utile qu’on élargisse, qu’on encourage les efforts,  qu’on ouvre cette participation à d’autres pays, dans le cadre de la tradition africaine. C’est le premier élément qui nous oblige à dire merci à la Caf.

cameroun,special,can,2019,l39attaque,frontale,ahmad,les,reactions,tombi,bidoung,etc,cameroon,CAMEROUN :: Spécial, Can 2019: L'attaque frontale de Ahmad, les réactions de Tombi, Bidoung etc :: CAMEROON

Au-delà de ces aspects il faudrait redire que le Cameroun va être le premier pays qui va organiser, pour la première fois, cette grande fête avec 24 nations. C’est un moment de la célébration de la diversité, de la solidarité, de la fraternité(…) Organiser, c’est prévoir, c’est réajuster, c’est corriger, c’est intégrer. Donc, maintenant, nous avons le temps de prendre tous ces éléments, d’enrichir notre espérance, notre créativité. Il y a juste quelques petits efforts seulement à réajuster sur les sites. Il s’agira de quelques stades à réhabiliter dans certaines villes du Cameroun. Où y a-t-il problème pour qu’on pense qu’il y aurait eu mauvais jeu ou non-respect des règles du jeu, pour un grand pays qui va célébrer pour la première fois une grande fête, qui va être un succès historique ? S’il vous plaît, dans nos commentaires, rendons hommage à la Caf pour cette opportunité qui nous est donnée. C’est d’abord la compétition de la Caf. Nous n’allons pas obliger la Caf à organiser la Can au rabais, laissez que ceux qui peuvent organiser la Can en peu de temps le fassent. Si on veut organiser la Can, réajustons-nous. Notre pays n’est pas capable d’organiser une Can à 24 ? Quel est ce débat ?

Quelle est cette sorte d’orientation des énergies sur des vétilles ? S’il vous plaît, il nous reste peu de temps. Imaginez. Notre pays va focaliser l’attention sur le plan international et mondial pendant un mois. Et nous allons avoir les citoyens de tous les pays du monde qui viendront être avec nous dans les stades (…) Nous devons réussir la victoire de l’organisation, sportive et tout. Mettons-nous au travail ».


“ La Fécafoot soutient ce changement ”
Tombi A Roko Sidiki, président de la Fécafoot

La Fédération camerounaise de football soutient ce changement, parce que c’est une occasion pour montrer à ceux qui pensaient que le Cameroun n’était pas capable d’organiser une Can à 24. C’est une occasion pour le Cameroun de montrer qu’il est un grand pays. La deuxième chose, c’est qu’il faut savoir que c’est celui qui détient le pouvoir d’organisation qui décide. Le Comité exécutif de la Caf a changé les règles du jeu en cours de match. Mais, voyez-vous, selon les textes de la Fécafoot, ceux de la Fifa et de la Caf, nous avons l’obligation de respecter les décisions des différents Comités exécutif, à savoir celui de la Caf et celui de la Fifa. Ayant reçu le soutien du gouvernement, nous sommes fiers de savoir que nous avons une occasion de démontrer notre savoir-faire, comme nous l’avons fait en 2016 avec la Can féminine ».

cameroun,special,can,2019,l39attaque,frontale,ahmad,les,reactions,tombi,bidoung,etc,cameroon,CAMEROUN :: Spécial, Can 2019: L'attaque frontale de Ahmad, les réactions de Tombi, Bidoung etc :: CAMEROON

Propos recueillis par A.C.

  • Hits : [ 4905 ] 04 Sep 2017 12:52:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité