CAMEROUN :: Can 2019, Stade d'Olombé: Une question de fierté  :: CAMEROON

Can 2019, Stade d'Olombé: Une question de fierté

cameroun,can,2019,stade,d39olombe,une,question,fierte,cameroon,CAMEROUN :: Can 2019, Stade d'Olombé: Une question de fierté  :: CAMEROONLe Regard de la Rédaction

Au  cours  des  dernières  semaines,  une insidieuse campagne à travers les médias classiques et les réseaux sociaux tend à  faire  croire  que  l’organisation  de  la Coupe d’Afrique 2019 s’éloigne de plus en plus du Cameroun au profit d’autres destinations en embuscade. Dérogeant aux règles élémentaires de la diplomatie, certains  pays  se  seraient  même  déjà proposés au cas où… Mais en l’absence d’autres signaux plus clairs, tout semble indiquer que le Cameroun abritera la pro- chaine CAN. C’est une question de fierté nationale. Et  plusieurs  raisons  militent dans ce sens. Premièrement, le pays des quadruples champions d’Afrique a rem- porté de haute lutte l’organisation de la CAN  2019  sur  la  base  d’un  cahier  de charges consistant et convaincant. Depuis lors, le Cameroun ne s’est jamais renié et  n’entend  pas  le  faire  de  sitôt.  La preuve : les travaux ont démarré sur les principaux chantiers prévus, notamment au complexe sportif d’Olembe à Yaoundé et au  stade  de  Japoma à  Douala. Deux stades modernes et fonctionnels existent déjà dans les localités de Limbé et Ba- foussam. Les deux autres enceintes spor- tives  de Douala et Garoua ont juste be- soin d’une rénovation en profondeur pour
servir. 

En second lieu, la Confédération africaine de Football (CAF) qui avait attribué l’or- ganisation de la compétition au Cameroun n’est pas encore revenue sur sa décision. Ce  qui  laisse  supposer  que  l’instance faîtière du football africain continue de faire confiance en la capacité du Came- roun  à  tenir  ses  engagements.  Autant dire  qu’en  dépit  des  obstacles  plus  ou moins  visibles  et  malgré  les  rumeurs plus ou moins  alarmistes, le gouverne- ment continue de faire de l’organisation de  la  CAN  2019  une  priorité  absolue.

Des dispositions ont été prises dans ce sens et ce n’est pas un hasard si la cir- culaire du chef de l’Etat relative à la pré- paration du Budget pour l’exercice 2018 insiste sur les dépenses liées à la tenue de cette grande fête du sport africain.  Voulu par le président Paul Biya en per- sonne, l’accueil par le Cameroun de cette compétition  d’envergure,  47  ans  après la CAN de 1972,  représente un véritable cadeau à la famille sportive nationale et au grand public en général. Il ne viendrait à l’idée de personne de gâcher la prépa- ration d’un évènement aussi exceptionnel à  travers  des  propos  diffamatoires  ou des campagnes de dénigrement  systé- matique. Certes, rien ne saurait être par- fait dans le meilleur des mondes. Dans plusieurs  domaines,  les  chantiers  sont encore immenses, en termes de stades, de  routes,  d’infrastructures  hôtelières, d’espaces de loisirs, etc. Ici et là, des tra- vaux programmés ont pris du retard. Les pouvoirs publics  en  sont  conscients  et c’est  en  connaissance  de  cause  qu’ils mènent actuellement une campagne de communication. Pour, d’une part, apaiser les  inquiétudes  exprimées  ici  et  là  et d’autre part, rassurer l’opinion publique nationale et internationale sur la ferme détermination du gouvernement à tenir ses engagements. En attendant, chaque maillon de la chaine sait ce qu’il lui in- combe pour rehausser l’image de marque du Cameroun.

L’explication
Propos recueillis par Steve LIBAM

Extraits du propos liminaire de Bidoung Mkpatt, ministre des Sports et de l’Education physique
« Le défi de réussir cette compétition est une cause nationale »

Les  enjeux  de  l’organisation  de la CAN Cameroun 2019 Le sport dans notre pays est l’une des  activités  majeures  au  centre des  préoccupations  du  gouverne- ment.  Car,  les  victoires  sportives concourent à faire vibrer la fibre pa- triotique des citoyens et à renforcer l’adhésion populaire à l’idéal commun qui  est  celui  d’un  Cameroun  qui gagne. C’est pour cela que le chef de  l’Etat  n’a  jamais  cessé  de  citer les  sportifs  camerounais  lors  de leurs exploits, comme des modèles de foi, d’abnégation, de détermina- tion, de solidarité et d’homogénéité.

Le sport est donc dans notre pays, un vecteur de consolidation de l’unité et un catalyseur de l’intégration na- tionale.  C’est  dans  cette  optique que  l’attribution  de  l’organisation de la CAN 2019 après la CAN fémi- nine Cameroun 2016, est considérée comme  une  victoire  diplomatique et  sportive.  L’organisation  de  ces deux  grandes  compétitions  par  le Cameroun participe de la politique de promotion des potentialités des jeunes de notre pays. Elle contribue également à améliorer le rayonne- ment et l’image de  marque du Ca- meroun tant à l’intérieur qu’au-delà de  nos  frontières.  Par   ailleurs,  les catalyseurs ayant déterminé et ga- ranti  la  réussite exceptionnelle de la  CAN  féminine  2016  sont  entre autres, la très haute impulsion que le président de la République, chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya a bien voulu donner aux préparatifs de  cette  CAN  féminine  (…)  Nous avons encore en mémoire le succès sans précédent des activités de la 10e  édition  de  la  CAN  féminine 2016. Ce succès a valu à notre pays, les félicitations des hautes instances sportives  internationales,  notam- ment la  CAF,  tandis que le Comité local a reçu les remerciements des hautes autorités de  la République (…) Cette évocation est importante car il s’agit des éléments qui nous permettent d’envisager avec beau- coup d’optimisme, l’organisation de la CAN masculine Cameroun 2019, en rapport avec le cahier de charges de la CAF.

Ce que prévoit le cahier de charges de la CAF

Le  premier  volet  concerne  les  di- verses infrastructures. Le pays or- ganisateur devrait mettre à la dis- position de la CAF, toutes les infra- structures  constituées  ainsi  qu’il suit  :  les  infrastructures  sportives par site devraient être constituées d’un  stade  de  compétition  et  de cinq terrains d’entraînement; les in- frastructures connexes (hôtelières, hospitalières,  routières,   aéropor- tuaires,  etc.)  devront  être  opéra- tionnelles et répondre au cahier des charges de la CAF ; les infrastructures de  communication  et  de  télécom- munications  devront être disponi- bles et fonctionnelles. 

L’état d’avancement sur le terrain des  travaux  de  construction  et de  réhabilitation  des  infrastruc- tures

Conformément au cahier de charges de  la  CAF,  quatre  poules  seront constituées à Yaoundé, Douala-Buéa- Limbé (un site), Garoua, et Bafous- sam.  L’examen  général  des  infra- structures nous  permet de relever que sur les 32 stades dont disposera le Cameroun, les onze qui ont servi lors de la CAN 2016 sont prêts, dis- ponibles et fonctionnels. Les 21 au- tres sont e construction ou à réha- biliter. Parmi ceux-ci, 14 sont à ré- habiliter, 7 à construire ; les travaux des deux complexes les plus pres- tigieux, en  l’occurrence Olembe et Japoma ayant déjà démarré (…) Pour ce qui est des hôtels, les villes ayant abrité la CAN féminine 2016 à savoir Yaoundé et Limbé, ainsi que la ville de Douala, disposent des infrastruc- tures hôtelières aux  normes  pres- crites  par  la  CAF.  Dans  les  autres villes  (Garoua  et  Bafoussam),  des projets sont engagés en vue de la mise à niveau ou de la construction des hôtels qui répondent aux stan- dards. Concernant les infrastructures aéroportuaires et routières, les aé- roports de Yaoundé, Douala, Garoua et  Bafoussam  sont  fonctionnels, tandis que les voiries urbaines sont en cours de réhabilitation. S’agissant des infrastructures de télécommu- nications notamment les TIC, celles requises par la CAF déjà disponibles pour la  CAN féminine 2016 et qui sont également  concernées par  la CAN 2019 seront capitalisées. Par ailleurs, des dispositions sont prises pour  les  garantir  dans  les  autres sites.

En ce qui concerne le volet évène- mentiel, il sera mis en œuvre par le Comité d’organisation local. Les pro- cédures d’usage sont en cours avec toutes  les  parties  prenantes  pour la mise en place à brève échéance des différentes commissions tech- niques  chargées  de  l’organisation pratique des  activités. Pour ce qui est  du  volet  sportif,  le  ministère des Sports et de l’Education physique appuie la FECAFOOT dans ses efforts de  mise  en  œuvre  des  stratégies permettant  d’affiner  les  perfor- mances de l’équipe nationale fanion, les Lions indomptables.

Le Cameroun sera-t-il prêt ?

Je voudrais rassurer l’opinion natio- nale  et  internationale  que  malgré les  contraintes  liées  à  l’adversité de  la  conjoncture  économique  ac- tuelle et à la préservation de la sé- curité de  notre pays, le  gouverne- ment est totalement engagé, sous la très haute impulsion du président de la République, chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya et la coordina- tion  du  Premier  ministre,  chef  du gouvernement,  à  remplir  le  cahier de charges de la CAF. A date, aucune mission de la CAF faisant état d’un quelconque retard dans  les  prépa- ratifs de la CAN 2019 n’a été réali- sée. La première mission d’inspection est  prévue    au  Cameroun  dans quelques semaines. Je tiens d’ailleurs à  préciser  que  les  missions  de  la CAF,  contrairement  à  une  certaine opinion, ne sont pas effectuées pour des  besoins  de  sanction.  Il  s’agit des  occasions  d’échanges  et  de concertation qui permettent de réa- juster tant que nécessaire, les stra- tégies permettant d’assurer le succès des activités.

J’en  appelle  à  la  mobilisation  de toutes les intelligences et de toutes les compétences de notre pays, no- tamment la presse, pour que chacun, à sa manière, apporte sa pierre au succès de cette compétition. Après l’édition de 2017 remportée au Ga- bon, nous devons ensemble gagner la CAN 2019 au Cameroun, au plan de  l’organisation,  avant  la  victoire finale au plan sportif. Nous devons ensemble relever le défi d’honneur d’assurer  l’organisation  de  la  CAN 2019 pour réaffirmer le leadership et le génie de notre pays en matière d’organisation des évènements im- portants  nationaux  et  internationaux. C’est le message de circons- tance  de  ce  jour  suite  à  quelques interrogations  qui  préoccupaient quelques  Camerounais.  Ces  inter- rogations sont légitimes car la CAN appartient à tous les Camerounais et le défi de réussir cette compétition est une  cause nationale qui  inter- pelle chaque Camerounais.

  • Hits : [ 8546 ] 19 Jul 2017 15:09:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité