CAMEROUN :: Ums de Loum: Djonkep-Kwemo, le torchon brûle :: CAMEROON

Ums de Loum: Djonkep-Kwemo, le torchon brûle

cameroun,ums,loum,djonkep,kwemo,torchon,brule,cameroon,CAMEROUN :: Ums de Loum: Djonkep-Kwemo, le torchon brûle :: CAMEROONLe président du club champion en titre du Cameroun et son entraîneur ont failli bagarrer en plein match lors de la réception de Stade Renard dimanche dernier. Les supporters inconditionnels d’UMS ne sont plus étrangers à ce genre de sortie de route du président de leur club de coeur. En plein match, Pierre Kwemo a souvent commandé les remplacements de joueurs. Lors de la 14ème journée de la MTN Elite One le dimanche 14 mai 2017, une scène hors du commun a retenu l’attention de plus d’un.

Joint au téléphone, Bonaventure Djonkep n’en revient toujours pas, 24 heures après la scène : « De la tribune, le président a commandé le remplacement d’un joueur pendant le match de cette 14ème journée. Mon staff et moi réfléchissions pour savoir ce qui devait être fait. Il est descendu de la tribune pour récupérer la feuille de remplacement et y inscrire le nom du joueur qu’il voulait envoyer sur le terrain. Je m’y suis opposé, et nous avons failli arriver aux mains. Finalement, nous le staff, avons fait les remplacements que nous pensions faire. Le match s’est achevé comme vous savez (0-0, ndlr) ». Pierre Kwemo ne décrochant pas le téléphone, le sort de l’entraîneur « rebelle » se trouve dans les rumeurs au sein des populations de Loum. Bonaventure Djonkep en rit : « Pour l’instant, la situation est calme en attendant de recevoir la lettre de licenciement qu’il a annoncée à ses proches. »

Le récidiviste Pierre Kwemo

Depuis l’arrivée d’UMS de Loum dans la grande élite du football, le président de cette équipe a habitué le grand public à des frasques inédites. Menés (1-0) lors de la deuxième journée du championnat de 2014 face à New stars de Douala, les coéquipiers du Etogue avaient été menacés par leur président par son arme dans les vestiaires. Une menace qui n’avait  rien changé au sort de son équipe, battue (3-1). Lors d’une demi-finale de Coupe du Cameroun à Bamenda en 2012 face à Yong Sport Academy, Pierre Kwemo avait donné une bonne gifle à son entraîneur Augustin Kamga en plein match. Ce dernier avait démissionné quelques semaines plus tard. L’ancien boxeur et maire de la ville de Bafang avait menacé Engelbert Mbarga, alors entraîneur de son équipe, qui avait Pierre Womé comme joueur et qu’il voulait classer dans un onze entrants alors que pour Pierre Kwemo, « Womé n’est pas venu ici pour jouer les matches, il doit entrer en jeu pour les cinq dernières minutes. Je l’ai recruté pour cela et c’est pour ça que je lui donne beaucoup d’argent », nous avait dit l’entraîneur d’UMS de l’époque.

Les attitudes du président Pierre Kwemo font de lui le recordman des consommateurs des entraîneurs. Une bonne douzaine parmi lesquels Nicolas Tonye Tonye, Anicet Mbarga, Emmanuel Likoumba, Olivier Nankam, Justin Kamgue, Adolphe Ekeh. Avec le combat de dimanche dernier, nul doute que Bonaventure Djonkep attend son tour.

  • Hits : [ 2604 ] 17 Mai 2017 13:20:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité