MAROC :: Pas de miracle pour le CARA à Brazzaville :: MOROCCO

Pas de miracle pour le CARA à Brazzaville

maroc,pas,miracle,pour,cara,brazzaville,morocco,MAROC :: Pas de miracle pour le CARA à Brazzaville :: MOROCCO(simple illustration) Ce n’est pas encore cette année que le Club Athlétique Renaissance Aiglon rejoindra ses glorieux anciens, vainqueurs de la Coupe des clubs champions en 1974. Le club de Brazzaville a été écarté de la Coupe de la Confédération Total dès le premier tour. Sa victoire par deux buts à zéro contre le Mas de Fès n’aura pas été suffisante pour lui assurer une place en seizième de finale, les Marocains s’étant imposés chez eux une semaine plus tôt avec trois buts d’écart. 

Le CARA aurait pourtant pu espérer mieux au regard de la prestation livré ce samedi au stade Alphonse Massamba Débat à Brazzaville. Décidés à refaire en peu de temps leur retard de trois buts, les Aiglons ont clairement mieux entamé leur rencontre, en obligeant le Mas de Fès à subir derrière.  La preuve, ils ont conclu le premier quart d’heure de leur domination par un but. Francis Kabangu Tsoule profitait d’une erreur de la défense pour fusiller le gardien à bout portant (7’). Dans la minute qui suivait, le CARA était passé à deux doigts d’un deuxième.  Wilfried Nkaya bien lancé par Prestige Mboungou, voyait sa frappe cadrée repoussée en corner par Yahia El Filali, le gardien de Mas de Fès (8’). Dominés sur tous les plans, le Mas de Fès remettait le nez à la fenêtre à la 37e minute. Mais le sauvetage du portier Aiglon Wolfrigon Mongondza devant l’attaquant de Fès Koffi Davy, soulageait les Congolais.

Après la pause, le CARA reprenait le jeu sur le même tempo que celui du début de la rencontre. Beranger Itoua plaçait une tête sur la barre après le coup franc d’Amour Loussoukou (48’). Puis Glenn Kimfounia constatait lui aussi le manque de réussite des Aiglons, sa frappe s’écrasant sur le poteau droit du gardien marocain (54’). A force de pousser, le CARA finissait par inscrire un deuxième but (60’). Beranger Itoua reprenait dans les airs un centre qui laissait l’ultime défenseur du MAS sans réaction.  Menés sur le sol congolais, les Marocains en avaient gardé sous la semelle.  Franck Guiza faisait parler sa technique devant les défenseurs aiglons, décrochant une frappe qui s’écrasait sur le montant droit des buts de Mongondza.

Le gardien de CARA allait une autre fois se montrer décisif face à Imad Ahmout servi au point de pénalty. Peine perdue car il aurait au minimum fallu un autre but pour les Aiglons.

Déclarations

Tarek Sektioui (entraîneur du MAS de Fès) : « Quand on a gagné trois à zéro, tout le monde était content mais moi je restais sur mes gardes parce que je savais que le retour allait être difficile. Au match aller nous avions eu beaucoup d’opportunités un peu comme celles du CARA chez lui mais nous n’en avions transformé que trois. Ici, l’humidité, la chaleur, le terrain cela a joué en faveur de l’équipe qui a joué devant son public. Cela n’enlève rien à la qualité de l’adversaire. Le plus important pour nous c’était de nous qualifier. La plupart de mes joueurs, c’était la première fois qu’ils jouaient un match de ce niveau. J’espère qu’ils ont gagné en expérience pour les prochains matches ».

Hugues Ondina (entraîneur des Aiglons): « Nous perdons le match à l’aller quand nous encaissons trois buts. On a fait le maximum mais on n’a pas su concrétiser toutes nos occasions. Il faut maintenant penser aux échéances futures. Je suis fier de mes garçons car ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes ».

  • Hits : [ 1227 ] 20 Fev 2017 12:16:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité