AFRIQUE ::  La CAN et les sous : le grand écart :: AFRICA

La CAN et les sous : le grand écart

afrique,can,les,sous,grand,ecart,africa,AFRIQUE ::  La CAN et les sous : le grand écart :: AFRICADe grosses disparités économiques séparent encore les seize sélections qualifiées pour Gabon 2017. Seule certitude : chacun est assuré d'empocher a minima près d'un demi-million de dollars...

3,9 milliards de francs CFA, soit près de 6 millions d'euros. De quoi donner le vertige. C'est très précisément le budget alloué par les autorités aux Eléphants de Côte d'Ivoire, champions d'Afrique sortants, pour la défense de leur couronne continentale au Gabon, préparation aux Emirats Arabes Unis incluse. 

Une somme considérable, en augmentation d'ailleurs depuis la dernière participation en 2015, et qui n'a visiblement provoqué aucun palabre chez les Ivoiriens. On se souvient, au passage qu'en 2015, l'argent des primes (un peu plus d'un million d'euros...) s'était évaporé sans que le mystère ait été véritablement élucidé...

Histoire de rassurer la population, François Amichia, le Ministre des Sports, affirme haut et fort dans la presse locale que «Nous allons à la CAN pour la gagner» (Abidjan Sports). Ici comme ailleurs, les déclarations d'intention et les belles promesses n'ont pourtant de valeur que ce que l'on veut bien leur accorder. Au moment de la qualification pour Gabon 2017, les sélectionneurs respectifs des seize qualifiés ont remis aux autorités un projet de préparation avec stages (à l'étranger pour la majorité) et matches amicaux pour validation. Mais certains d'entre eux n'ont pas été exaucés, là où les gouvernements n'avaient pas forcément budgété une enveloppe.

Ainsi, Ouganda, Zimbabwe et Guinée-Bissau ne font pas partie des mieux lotis et ont justement dû se contenter d'une préparation bâclée et/ou tronquée. La Confédération Africaine, cependant, a pris conscience du problème et a versé, début décembre, 237 500 dollars aux seize qualifiés. Un montant qui correspond à la moitié de la somme (475 000 USD) que recevront toutes les équipes classées quatrièmes de leur poule. Pour le cycle des CAN 2017 et 2019, l'instance faîtière du football africain a, dans un louable effort de clarté, mis à disposition les chiffres de toutes les dotations pour ses compétitions de clubs et de nations. On note qu'elle a augmenté son enveloppe globale de dotations, qui est passée de 10 à 16,4 millions de dollars.

Le vainqueur de l'édition 2017 percevra 4 millions

Le vainqueur de l'édition Gabon 2017 percevra ainsi 4 millions (contre 1,5 en 2015), soit une augmentation de 166 %. Le finaliste, quant à lui double, sa prime : 2 millions contre 1 en 2015. Idem pour les demi-finalistes malheureux (1,5 millions au lieu de 750 000 dollars). Comment sera redistribuée cette manne après le 31e tournoi continental ? Les joueurs et les encadrements devront-ils en passer par des sit-in et des manifestations comme l'équipe nationale féminine du Nigeria, vainqueur de la dernière CAN au Cameroun, à laquelle le gouvernement devait des primes substantielles ? Nul n'est en mesure de le dire exactement. Mieux structurées que par le passé pour affronter la CAN, les sélections africaines n'ont pas encore tourné le dos aux soucis liés à "l'argent de la CAN". Et elles n'y sont le plus souvent pour rien...

  • Hits : [ 1652 ] 06 Jan 2017 13:18:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité