CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROONLes tops : C’était le plus fort Ums de Loum. Avec un chimiste nommé Pierre Kwemo, la mixture était bonne.

On a beau dire qu’il est omni présent, Pierre Kwemo a fait taire les sceptiques, tant ses plans ont donné le bon résultat. Vainqueur de la coupe du Cameroun en 2015 avec un entraîneur, Olivier Nankam, ce dernier était pourtant le premier élément à quitter le navire Ums, seulement après deux journées de championnat. Raison : « Une équipe comme Cosmos ne doit pas faire un match nul avec nous à domicile », dixit Pierre Kwemo. On avait cru qu’il manquait de respect à son adversaire, mais la différence de 52 points avec l’équipe de Bafia en fin de championnat lui a entièrement donné raison.

Le président recruteur avait ciblé les meilleurs joueurs selon lui, et le simple bon choix devrait faire l’affaire. Brice Tchamabo et Bleck Casimir Younou, laissés libres par coton sport sont arrivés au club. Paul Gravier Abouem Maya, Guy Marcel Ntjaka et Robert Parfait Edimo Pehn étaient tout feu tout flamme à Cosmos, il les a arrachés. Willy Namedji n’allait pas servir Fovu en Ligue 2, Frédéric Bagwen
Mbadi et Rostand Kako de retour d’expéditions à l’étranger avaient besoin de se relancer, on a cassé la tirelire pour sortir Arouna Dang A Bissene de Bamboutos et le tour était joué.

Avec les cadres qui font partie de l’équipe depuis sa création comme Joseph Marie Tientcheu ou encore Monthe Hontcheu et Collins Maifanya, il ne  restait plus qu’un entraîneur qui n’aura pas une  incompatibilité d’humeur avec le fait-tout Pierre Kwemo. La dernière touche, c’était Adolph Ekeh. Résultats : champion du Cameroun avec 10 points d’écart sur son dauphin et non moins champion sortant Coton Sport de Garoua. Meilleure défense du championnat avec seulement 15 buts encaissés en 34 journées, deuxième meilleure attaque et 23 matches d’affilés sans défaites, Ums était simplement la meilleure équipe de cette saison 2016.

David Eyengue

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON


Coup de maître de Ndoumbè Bosso

Yong sport academy. Il n’a fallu qu’une saison a cet entraîneur pour qualifier l’équipe de Bamenda pour la Coupe de la Caf.

Emmanuel Ndoumbè Bosso est cet entraîneur capable de crier sur ses joueurs même après une victoire de son équipe. L’entraîneur de Yong sport academy (Yosa) de Bamenda est un féru du beau jeu, une philosophie qu’il applique dans tous les clubs qu’il a encadrés. Arrivée sur le banc de l’équipe de Bamenda en provenance de Panthère du Ndé, il a fallu une saison pour que ce style de jeu porte ses fruits. L’on retiendra que c’est sous son encadrement que Yosa s’est qualifié pour la Coupe de la Confédération pour la première fois.

Avec un bilan de 16 victoires, 11 matchs nuls pour 7 défaites, cette équipe a terminé 3ème de Ligue 1, derrière Coton sport de Garoua et le champion Ums de Loum. On attendait Union et New Stars de Douala. A l’arrivée, Yosa a créé la surprise en coiffant au poteau ses principaux concurrents.

Pour bâtir son équipe, Ndoumbè Bosso s’est appuyé principalement sur l’effectif qu’il a trouvé à son arrivée. Jude Kongnyuy, le capitaine et Junior Owono, le meilleur buteur du club ont été les artisans de ce beau parcourt. A son palmarès, Emmanuel Ndoumbè Bosso a remporté la Coupe de Guinée équatoriale après avoir effectué ses études d’entraîneur de football à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (Injs) de Yaoundé. Entraîneur des Lions A', Ndoumbé Bosso sera remercié le 15 Novembre 2013 par le Pr Joseph Owona, le Président du Comité de normalisation de la Fécafoot.

Les plus belles pages de sa carrière, il les a écrites au sein d’Union sportive de Douala (vainqueur de la Coupe du Cameroun 97) et Sable de Batié (Champion du Cameroun 1999). Depuis neuf ans environ,
il a intégré le cercle très fermé des entraîneurs nationaux.

C.I.M

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

Les flops

Nzui Manto paie le prix des tâtonnements Panthère de Bangangté. Des erreurs de gestion ont plombé la saison de cette équipe, finaliste de la Coupe du Cameroun l’an dernier.

Panthère sportive du Ndé est l’invité surprise des équipes condamnées à évoluer la saison prochaine en Ligue 2. Nzui Manto a terminé 16ème du dernier championnat de Ligue 1, et jouera dans la même classe que Cosmos de Bafia et Botafogo de Douala, ses compagnons d’infortunes. Selon plusieurs joueurs de cette équipe, la relégation du Fauve du Ndé trouverait sa source au sein l’encadrement administratif.

A la fin d’une saison pleine et marquée par une finale de Coupe du Cameroun (perdue 0 but contre 2 contre Ulms de Loum), Emmanuel Ndoumbè Bosso, l’entraîneur de cette équipe fut limogé et remplacé par Théodore Kwetchou. Lui, qui n’a pas convaincu ses dirigeants par les résultats et s’est vu renforcé par l’arrivée de Dieudonné Nké.

Sous le règne de l’ancien entraîneur de Tonnerre de Yaoundé, un semblant de stabilité s’installa au sein de Nzui Manto, jusqu’au jour où Nké à son tour claqua la porte. Le technicien dénonçait alors une mauvaise gestion de l’équipe par son directeur général. Théodore Kwetchou était alors rappelé en sapeur-pompier pour sauver ce qui restait de Panthère.

Le miracle n’aura pas finalement eu lieu. Lors du match de la 32ème journée à Douala contre les Astres, les coéquipiers d’Alfred Meyong, le meilleur buteur, tombaient (0-2) face à une équipe déjà maintenue
et qui n’avait plus rien à jouer. Une défaite qui démontrait à suffisance la saison chaotique du Fauve du Ndé contraint de se refaire une santé en classe inférieure.

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

C.I.M

Un petit tour et s’en va
Botafogo de Douala. La mauvaise gestion des effectifs ne pardonne pas.

Botafogo football club de Douala était la surprise du championnat de Ligue 1 pour la saison 2015. Sorti de nulle part, ce club avait tenu la dragée haute aux habituelles grosses pointures du championnat, terminant 4ème, à égalité de points avec New stars de Douala, qualifié pour la coupe de la confédération africaine.

Sans un goal différence particulier, les rouges et noirs de Douala auraient pu goûter très tôt à une compétition continentale. Des performances à mettre à l’actif du coach Laurent Djam, qui avait pourtant pris l’équipe en mauvaise posture à la 11ème journée. Il a réussi à donner confiance à des joueurs  jusque-là moyens pour certains,et qui ont été la convoitise de plusieurs clubs en fin de championnat.

Nouhou Tolo a pris la route des Etats Unis, Kemajou Dibami a filé au Maroc, Hugo Patrick Nyamè a déposé ses valises en Angola, Dicka et Ngombè sont partis à New stars de Douala, Djidjiwa et Djeukam ont suivi le coach Laurent Djam dans la capitale Yaoundé. Tout le squelette de l’équipe que Hugues Tsobny, le président, n’a pas pu remplacer.

Après 8 journées de Ligue 1 en 2016, Botafogo comptait 8 points et après la 15ème journée, ils n’en n’avaient que 12. L’arrivée d’Anicet Mbarga Foé a encore donné un brin d’espoir jusqu’à la victoire inattendue face à Coton Sport à 3 journées de la fin. Un exploit qui n’a pas été suivi de primes, et une petite grève a compliqué les choses face à un adversaire direct comme Lion Blessé de Fotouni. La mauvaise gestion des effectifs ne pardonnant pas, Botafogo est prié de faire valoir ses droits en Ligue 2 pour la saison prochaine.

David Eyengue

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON


Aigle, Eding et Racing mieux que des bleus
Success-story. Les nouveaux promus de la ligue 1 ont assuré mieux que le maintien cette saison.

Les 5 derniers matchs de Racing de Bafoussam ont été poussifs en Ligue 1 cette saison. Tout à fait normal comme le reconnaissait déjà Ndje Biba lors de la défaite des rouges et blanc de Bafoussam, face à Bamboutos de Mbouda. «Notre objectif était le maintien. On l’a assuré et maintenant ; les joueurs n’ont plus la même motivation. Ils ne se donnent plus à fond». Pourtant, des trois équipes récemment montées cette saison, Racing a enregistré le moins de points. 43 points pour les poulains de Guy Bertin Djiepnang, à une longueur de la volontaire équipe de Eding de la Lekié, qui totalise 44 points. Aigle royal de la Menoua a terminé avec 49 points. L’équipe se battait pour obtenir une place africaine. «On a par moment manqué de confiance en nous, causé des erreurs légères, disons- le d’immaturité même comme ne pardonne pas dans le football professionnel. Effectivement, nous payons cash. Nous sommes obligés de revoir notre ambition africaine pour la saison prochaine ». indiquait d’un air de regret l’entraîneur principal d’El Pacha, Joseph Ndoko.

Le trio des bleus, a été bien complété par Eding sport de la Lekié. Pour assurer ce maintien, ces trois clubs de football, ont maintenu l’essentiel de l’ossature du bloc équipes qui a assuré la montée en Ligue 1. C’est ainsi qu’Aigle et Racing ont par exemple reconduit la même charnière défensive, en renforçant l’entrejeu. C’est au niveau de l’attaque que Racing tout comme Aigle, ont péché. En laissant partir Aboubakar Nwanywu, son buteur maison, qui a inscrit l’essentiel de ses buts au championnat régional et en Ligue 2, Racing a pris des attaquants qui n’ont pas pu s’intégrer.

Face à la jeunesse de Beyene Fabrice, Konfor Ngoli et Fokam Fotso l’indiscipline de Kom Tchuenté n’a pas facilité les solutions en attaque. A Dschang, Baba Oumarou vieillissant, Eze Emeka Friday a parfois pesé de tout son poids en attaque. Mais, manquant de maturité. Il n’a pas été beaucoup soutenu par Kelvin Agbor, Harold Nyam et Henri Eric Beneteli.

En confiant les clés du jeu offensif à des milieux volontaires comme Elimbi, Njoh Njoh Moundi et Moukoko du côté de l’Oiseau de la Menoua ainsi qu’à Tagne Wabo, Ngongang Junior Ekoatsio et Ottou côté Racing, ces équipes ont misé sur le jeu en groupe et l’explosivité pour assurer les points du maintien qu’il fallait. La volonté de gagner a souvent permis à ces «bleus », d’aller titiller des équipes redoutables.

Racing de Bafoussam a pu battre Coton sport à Bafoussam au match aller sur le score de deux buts à zéro. Aigle a fait mieux en dominant les cotonculteurs en aller et retour. Le mémorable 4-2 infligé à Coton sport par Aigle à Garou, a démontré que cette équipe se sentait bien dans sa peau.

Honoré Feukouo

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON


La pression du douzième joueur paye

Tribunes. La forte présence du public a régulièrement poussé les joueurs à donner le meilleur de leur niveau.

La fusion entre le public et les équipes du championnat de Ligue 1 dans la région de l’Ouest a gagné en intensité cette saison. Les équipes «mythiques» de l’Ouest comme on les appelle, ont déjà leurs  habitudes. Bamboutos, Aigle, Racing, Unisport et Panthère, commencent leurs matchs par un hymne de solidarité avec le public. Les joueurs qui ne l’exécutent pas reçoivent souvent des sanctions. Certains coachs sous la pression du public, ont été obligés de mettre certains joueurs de côté. «Le public chahute certains joueurs quand ils ne chantent pas l’hymne du club. Ils pensent qu’ils ne vont pas se donner à fond pour l’équipe», explique un entraîneur. La montée en Ligue 1 de Racing de Bafoussam et Aigle de Dschang, a densifié cette rivalité du public.

Lors des duels opposant des équipes de la région de l’Ouest, tous les moyens de transport sont réquisitionnés pour se rendre massivement au stade. A moto, à l’arrière des pick-up, et chaque supporter veut vivre la rencontre en direct. Cet afflux de supporters densifie d’abord les recettes. C’est ainsi qu’on a obtenu des recettes de plus de 5 millions FCfa lors de l’opposition Aigle- Bamboutos, et Aigle-Racing. Les supporters de ces équipes ont souvent souhaité voir ces matchs programmés dans des stades à forte capacité.

Dans ces stades municipaux où ils jouent en attendant de pouvoir exécuter la «Hola», le public réclame d’une même voix les buts quand ils trainent à arriver, crie après les joueurs peu motivés ou indisciplinés, encourage l’équipe dominatrice et engagée, même souvent quand il s’agit de l’adversaire. Même le corps arbitral n’échappe pas souvent à la colère de ce 12e homme. Pour les joueurs, avoir des supporters qui vous poussent en permanence est un atout. Toutefois, ce 12e homme se décourage lorsque l’équipe est en difficulté.

On l’a observé cette saison avec Bamboutos de Mbouda en crise sur le terrain, et Panthère de Bangangté divisée par des égos entre les dirigeants. Les nouveaux promus Racing et Aigle ont pu revoir leurs supporters accourir en masse, et ces villes ont vibré au rythme du championnat de football cette saison.

H. F.

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

L'interview
“Résoudre les problèmes éthiques”
Thérèse Pauline Manguelé. La secrétaire générale de la Ligue de football pose un regard sur la saison qui vient de s’achever en Ligue 1.

Quel bilan faites-vous de la saison de Ligue 1 qui vient de s’achever ?

Nous pouvons, sans risque d’être démentie, affirmer que le championnat de cette saison aura été, de bout en bout, palpitant, attrayant et disputé. Pour preuve, la course pour les places africaines et pour le maintien a été âpre, jusqu’à la fin, malgré le fait que le champion et le 18ème aient été connus dès la 32ème journée. Le relèvement de la qualité technique a été constaté par tous les observateurs, ceux qui assistent vraiment aux rencontres dans les différents stades. Nous avons également maîtrisé le calendrier, en effectuant notre programmation conformément au chronogramme dressé en début de saison. Nous avons assisté au sacre de Ums de Loum dimanche dernier, et nous comptons clôturer la saison en apothéose par la cérémonie les « LFPC-AWARDS ».

Qu’est-ce qui vous aura marqué de positif dans ce championnat ? De négatif ?

Ce qui nous a le plus impressionné tout au long de la saison, c’est l’application des joueurs et des encadreurs techniques à faire leur travail malgré les difficultés financières et infrastructurelles. Nous avons aussi apprécié la résilience des dirigeants de clubs face à la disette financière ambiante. Les aspects les moins reluisants sont liés au manque criard d’infrastructures, qui nous auront obligés à délocaliser plusieurs clubs de leur base, grevant davantage leur trésorerie déjà pas très reluisante. Cette pauvreté des clubs a naturellement induit des comportements susceptibles de nuire à l’équité et la régularité des compétitions.

S’il vous était donné de reprendre cette saison, que changeriez- vous ? (des équipes se sont plaintes de l’arbitrage à un moment donné de la saison. Comment est-ce que la LFPC a pu régler le problème ? Quelles mesures comptez-vous prendre pour la prochaine saison ?)

Nous ne saurons jamais avec exactitude ce qui se serait passé. Sinon, nous pouvons supposer qu’avec la disponibilité des stades et un meilleur état des aires de jeu, avec un peu plus de moyens financiers aussi bien pour les clubs que pour la Ligue, les choses se seraient un peu mieux passées. La saison aurait aussi pu, nous le supposons également, être plus sereine si les joutes liées à l’élection des dirigeants de la Ligue n’avaient pas compliqué les choses. Cela nous amène à votre allusion aux complaintes des équipes par rapport à l’arbitrage. Je vais d’ores et déjà vous dire que l’arbitrage n’a pas été plus mauvais cette année que les autres. Toutefois, vu l’ampleur des récriminations. Les instances dirigeantes de la Ligue souhaiteraient y voir clair afin de trouver des solutions qui permettront de  résoudre une fois pour toutes les problèmes éthiques qui gangrènent l’arbitrage camerounais. Une commission d’enquête mise en place à cet effet par le président de la Ligue (le Général Pierre Semengue, ndlr) permettra d’identifier la racine du mal ; nous pensons que la saison prochaine verra cette pratique réduite ostensiblement.

Quelle appréciation faites-vous des clubs nouvellement montés en Ligue 1 la saison dernière ? (Aigle, Racing, Eding FC)

Notre appréciation ne peut être que positive. Nous avons vu les dirigeants et les joueurs de ces clubs à l’oeuvre, et nous pensons que leurs résultats ne sont que la récompense de leur travail, puisqu’elles ont réussi à se maintenir. Nous vous avons parlé plus haut des difficultés financières et le manque des infrastructures sportives, qui sont une véritable calamité pour notre football. Cela influe  sérieusement sur la qualité du spectacle et cause un sérieux manque à gagner pour le football professionnel dans notre pays, dans la mesure où l’état de nos stades n’incite pas les annonceurs à nous accompagner. C’est pourquoi la construction des infrastructures est l’un des principaux chevaux de bataille du président de la Ligue.

A quand le démarrage de la prochaine saison ?

Nous avons programmé le démarrage de la prochaine saison, le 10 décembre 2016, et nous nous attelons déjà à sa préparation.

Quelles sont les innovations que la Lfpc compte apporter au championnat de la saison prochaine ? Allons-nous jouer encore ce championnat professionnel sur des terrains boueux et poussiéreux ?

Nous envisageons évidemment d’apporter des améliorations à toutes nos activités la prochaine saison, comme nous le faisons graduellement depuis la création de la Ligue. Nous devrons améliorer la gouvernance aussi bien au sein de la Ligue que dans les clubs. Nous voudrions faire disputer nos matches sur des terrains un peu moins boueux, en tirant avantage des acquis infrastructurels de la Can féminine de  novembre prochain. Bien évidemment, nous essayerons d’être un peu plus offensifs dans la recherche du financement pérenne du football professionnel, pour le plus grand bénéfice des clubs et surtout des joueurs.

Les ballons Garman ont été retirés des stades dès la phase retour du championnat. Pour quelles raison ? Est-ce une solution définitive ?

Laissez nous vous dire que les équipes de Ligue 1 et Ligue 2 ont affiché fière allure cette saison grâce aux équipements de cette firme, et il n’y a eu aucune complainte dans ce domaine. C’est vrai que, du fait de sa première expérience en Afrique, Garman s’est un peu loupé sur le type de ballons à fournir à nos compétitions. Ce qui nous a amenés à retirer ces ballons de la compétition. Nos partenaires italiens ont immédiatement réagit pour remédier à cette situation, en nous envoyant des ballons tests que nous avons expérimentés au stade municipal de Mbalmayo. Et les rapports qui nous sont faits nous attestent de l’appréciation de ces nouveaux ballons par les joueurs, ainsi que leur solidité et leur compatibilité avec notre environnement. Vous voyez donc que ni Garman, ni la Ligue ne sont restés indifférents à ce problème, et les mesures correctives sont d’ores et déjà prises.

Propos recueillis par Achille Chountsa

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

Votre avis

Quelle appréciation faites-vous du niveau de notre championnat de Ligue 1 qui vient de s’achever ?

“Manque de vitesse dans le jeu”
Alain Defrasme Djeumfa, entraîneur de football et préparateur physique

Je constate que les équipes ne se préparent plus comme cela se doit. Pendant toute la période de préparation, les entraîneurs passent le temps à faire des recrutements, parce que les équipes ne prennent plus les joueurs en fin de saison pour connaître l’effectif avec lequel elles vont commencer pour la saison suivante. Quand un entraîneur annonce la reprise des entraînements, ce sont les tests de recrutements qui commencent. Il va le faire pendant quatre à six semaines, la période prévue pour la préparation physique de l’équipe, selon les canons en la matière. Conséquence, au niveau de la puissance physique qui était la force de nos joueurs, beaucoup ont baissé de puissance pour l’intensité des matchs.

Nos équipes manquent de vitesse dans leur jeu. Nous travaillons plus la force d’endurance au lieu de travailler la vitesse en fin de cycle. Ça fait que les joueurs ne font pas la vitesse sur 50m. C’est pour cela qu’on n’a pas vu beaucoup de buts sur contre-attaque ou sur attaque rapide dans ce championnat. Au niveau de la morphologie de nos joueurs, beaucoup ne sont plus grands comme avant. Dans les années 90, la moyenne de nos joueurs en taille était de 1,85m. Or, dans nos équipes aujourd’hui, la moyenne de taille est de 1,75m. Et malheureusement le jeu produit par les équipes n’est pas en vitesse. Le footballeur  camerounais est d’abord puissant. La puissance, c’est deux paramètres : la force et la vitesse d’endurance. Malheureusement, nous ne travaillons plus ces deux paramètres qui sont innés en nous.

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

“Nous devons encore progresser”
Engelbert Mbarga, entraîneur instructeur

Ce championnat a été très disputé mais ce qui est sûr, nous devons encore progresser au niveau de la qualité du jeu, qui est une conséquence directe du manque d’infrastructures de jeu et d’entraînements. Il ne suffit pas d’avoir deux ou trois stades comme le stade de la Réunification, celui de Garoua ou Limbé. Les équipes devaient améliorer leur jeu si elles s’entraînaient sur des surfaces commodes. Nous sommes un peu en retard sur la qualité de jeu. Mais, sur le plan de la compétitivité, il y a eu de bonnes choses dans ce championnat. Jusqu’à quelques journées de la fin, rien n’était clair, surtout en bas du tableau et même au sommet, même si Ums de Loum avait déjà pris une très bonne option pour le titre. La Ligue de football recherche des sponsors pour financer des clubs qui, d’une manière générale, sont dans le besoin. Les clubs anglais achètent tout et sont riches. Cette richesse provient des droits de retransmission Tv.

Nous ne pouvons pas encore exporter nos images parce que jouant sur des terrains sablonneux et caillouteux. L’impact économique joue sur la qualité technique des équipes. Le jour où nous allons hériter des différentes aires de jeu que vont nous laisser les Can, on aura fait un grand pas vers l’avant. Ce pas sera complet lorsqu’on aura doté les clubs, au niveau des entraînements, des infrastructures du même genre.

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

“Un championnat assez relevé”
Thierry Mettomo, entraîneur de football

Par rapport aux autres années, ça été un championnat assez relevé, au niveau du rythme des rencontres ; le calendrier a été respecté. Cela a permis aux joueurs de se mettre vraiment en évidence. Il y a eu  pertes des couacs dès le départ avec l’affaire Canon, qui n’était pas affilié. Mais, ça n’a pas troublé les joueurs. Il y a eu du rythme. Malheureusement, on a un problème avec nos infrastructures. Jouer à Mbalmayo ou Mfou pour les équipes de Yaoundé, n’était pas très évident. Beaucoup de clubs ont perdu leurs stades et ont été un peu désactivés. Au niveau des encadreurs et des joueurs, il y a vraiment eu une plus-value. On a remarqué une génération d’entraîneurs qui voudraient absolument prouver de quoi elle est capable ; ce sont des techniciens qui ont encore la tête sur les épaules et qui veulent absolument travailler. Nous l’avons vu avec Anicet Mbarga Foé, Joseph Ndoko à Dschang. Il faut aussi signaler que le retour de certains joueurs venus de l’extérieur comme Rostand Kako d’Ums ; ils sont nombreux et surtout la légion d’Union de Douala. On a obtenu des résultats intéressants du début à la fin de la saison. Ce n’est qu’à trois ou quatre journées de la fin de la saison que le champion Ums s’est dessiné. Et il est resté la bataille pour la deuxième et la troisième place entre quatre équipes pour une place africaine. Et même au niveau de la relégation, tout ne s’est dessiné qu’à la fin du championnat pour les deux équipes qui devaient accompagner Cosmos en Ligue 2. Maintenant, avec les terrains de football qui arrivent après la Can, je crois que les choses seront plus intéressantes au niveau de la qualité de jeu.

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

“On a le champion qu’on mérite”
Lin Boris Mvogo, observateur et analyste du football

Ce championnat est à apprécier par rapport aux éditions antérieures du point de vue du calendrier, du point de vue des matches en retard qui ont été résorbés qu’on a pu observer. Cette édition a brillé par cette organisation- là c’est un coup de chapeau à tirer à l’endroit de cette Ligue de football, parce que les saisons passées, Coton sport qui était en ligue africaine engrangeait six à sept matches en  retard ; ce qui a biaisait le championnat. Pour un championnat qui se veut professionnel, c’est d’abord le calendrier et la programmation. Maintenant sur les points négatifs, nous pouvons décrier les récriminations qui sont revenues sur les arbitres, les dirigeants de clubs. Voilà quelques tâches noires qui font de lui un championnat perfectible. Maintenant si la Ligue de football professionnel organise mieux la période des transferts, on s’approchera des standards internationaux. On a le champion qu’on mérite, avec plus de plus de 50 points de différence avec une équipe alors que tous les clubs étaient sur les mêmes starting blocks au départ, Ums de Loum qui n’a que six ans d’âge et deux titres majeurs déjà à son actif, il est à féliciter. 

Propos recueillis par A.C. et D.E.

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

“Ums est un vrai champion”
Yves Léopold Kom, journaliste

Les choses sont allées dans le bon sens. Pour une première, on a vu l’apothéose à Loum dimanche dernier avec la haie d’honneur des visiteurs pour célébrer le champion. C’était là, la clôture d’un championnat qui a été bien organisé pour une fois. Ums a montré qu’il était capable de battre n’importe quelle équipe que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Ums est un vrai champion, et ce que nous lui souhaitons, c’est d’avoir cette même hargne là pour la compétition africaine la saison prochaine. Cosmos était le canard boiteux depuis le début du championnat. En dehors de lui, les autres équipes comme Panthère et
Botafogo sont victimes de leurs fonctionnements. Mais ils ont cravaché jusqu’au bout avant de descendre à deux journées de la fin.

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

Les meilleurs buteurs
Rang Equipes Buts Club

1 Cédric Kaham 12 Lion Blessé
2 Rostand Kako 11 Ums
3 Kamilou Daouda 11 Coton sport
4 Grégoire Nkama 10 New stars
5 Junior Awono 10 Yong sport
6 Ngah Wandja 10 Coton sport
7 William Tchuameni 9 Unisport
8 Alfred Meyong 9 Panthère
9 Friday Eze Emeka 8 Aigle
10 Ngombè Mbengue 8 New stars
11 Kombous Ndjock 8 Coton sport
12 Amadou 8 Canon
13 Alphonse Tientcheu 8 Ums
14 Junior Mbai 8 Astres

cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

Les nominés pour le titre de meilleur joueur de la saison
1- Abdoulaye Alingar (Aigle)
2- Arouna Dang A Bissene (Ums)
3- Atanga Francis Steve (Botafogo)
4 -Atouba Emane Yaziz (Coton Sport)
5- Bawak Etta (Ums)
6- Eze Emeka Friday (Aigle)
7- Harry Oru Ako (Les Astres)
8- Kaham Cédric Platini (Lion Blesse)
9- Kako Rostand (Ums)
10- Kingue Mpondo Stéphane (Coton Sport)
11- Kofana Joël Emmanuel (Cosmos/New Stars)
12- Kongnyuy Jude (Yosa)
13- Kout Daleng (Panthere)
14-Lane Lakam (Bamboutos)
15- Orock Abunaw Henry (Aigle)
16-Moudou Yvan (New Stars
17- Messi Bouli Raphael Eric (Apejes
18- Mohamed Djetei (Union)
19- Moundi Alim (Aigle)
20- Namedji Wily (Ums)
21- Nkama Grégoire Gaël (New Stars)
22- Tagne Wambo Yannick (Racing)
23- Tientcheu Alphonse (Ums)
24- Thuameni Joël William (Unisport)
Nb : Par Ordre Alphabétique


cameroun,dossier,jour,ligue,bilan,saison,cameroon,CAMEROUN :: Dossier du Jour, Ligue 1 : le bilan de la saison :: CAMEROON

Classement à l’issue de la 34ème journée

Rang Equipes Pts J G N P Bp Bc Gd
1er Ums 70 34 20 10 4 41 16 +25
2ème Coton 60 34 16 12 6 49 23 +26
3ème Yong sport 59 34 16 11 7 31 22 +10
4ème Union 56 34 13 17 4 40 19 +19
5ème Unisport 52 34 13 12 8 33 29 +4
6ème Aigle 49 34 11 16 7 28 25 +3
7ème Dragon 45 34 13 6 15 33 41 -8
8ème New stars 44 34 11 11 12 39 34 +7
9ème Eding 44 34 9 17 8 29 26 +3
10ème Astres 44 34 10 14 10 29 37 -8
11ème Apejes 43 34 10 12 11 36 32 +4
12ème Racing 43 34 10 12 11 22 27 -5
13ème Bamboutos 41 34 11 8 15 25 33 -8
14ème Lion Blessé 40 34 11 8 15 28 32 -4
15ème Canon 39 34 10 9 13 35 38 -3
16ème Panthère 35 34 7 15 12 22 29 -7
17ème Botafogo 33 34 8 9 17 25 36 -11
18ème Cosmos 18 34 4 6 21 16 60 -44

  • Hits : [ 3706 ] 17 Sep 2016 00:46:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité