CONGO :: Jeux Africains 2015 : le dossier du jour

Jeux Africains 2015 : le dossier du jour

congo,jeux,africains,2015,dossier,jour,CONGO :: Jeux Africains 2015 : le dossier du jourL’actu
Auriole Dongmo en or

Lancer de poids. A deux jours de la fin des jeux, sa médaille permet au Cameroun d’être au 7 ème au classement général.

Le Cameroun détient depuis hier sa sixième médaille en or, à deux jours de la fin des onzièmes Jeux Africains. Une performance réalisée au lancer de poids par Auriole Dongmo. Il est exactement 19h
50minutes à Yaoundé, lorsque la jeune dame lance sa masse plus loin que toutes ses adversaires.

Un véritable exploit quand on sait que les athlètes camerounais ont eu des résultats mitigés lors de ces finales. En plus d’Auriole Dongmo, la délégation du Cameroun plaçait ses chances de médaille sur Idrissa Adama, qui était engagé dans la finale du 200 mètres, ainsi que sur Audrey Nkamsoa, qui était sur la ligne de départ en finale du 400 mètres haies.

La team Cameroun espérait engranger de nouveaux métaux précieux avec l’athlétisme. Une discipline qui comptait plusieurs camerounais en finales. Dans la finale du 200 mètres, Idrissa Adama a terminé dernier de la course avec un chrono de 21,26. Loin de l’ivoirien Wilfried Koffy, qui remporte la médaille d’or. Sur le départ du 400 mètres haies, Audrey Nkamsoa a occupé le 6 ème rang sur la ligne d’arrivée. Les Jeux Africains prennent fin le 19 septembre prochain. Le Cameroun peut compter sur les footballeuses et les basketteuses, qui disputeront les finales.

A deux jours de la fin, la médaille en or d’Auriole Dongmo permet au Cameroun d’être huitième au classement général avec 19 médailles, dont 6 en or, 2 en argent et 11 en bronze.

Caristan Isseri (Stagiaire)


L’affiche
Retrouvailles entre Lionnes et Black Queens
Football féminin. Comme en 2011 à Maputo, la finale de ce tournoi des dames va opposer les mêmes.

Le Cameroun peut déjà se bomber le torse de remporter une médaille ce soir accroître son nombre de métaux. Ce sera la médaille d’or ou celle d’argent. Bien malin qui pourrait déjà dire la couleur de cette médaille avant la finale de football féminin de ces 11èmes Jeux africains « Brazzaville 2015 ». Cette finale entre les Lionnes Indomptables du Cameroun et les Black Queens du Ghana est un remake sur plusieurs aspects. C’est la même affiche des derniers Jeux africains de Maputo au Mozambique en 2011 qu’on va vivre ce soir. Les Lionnes Indomptables vont ainsi défendre la médaille d’or qu’elles avaient remportée en battant les Black Queens sur le score d’un but à zéro.

De 2011 à nos jours, les deux équipes se sont rencontrées plusieurs fois. Pour les rencontres les plus récentes, en 2014 lors de la Can féminine en Namibie, les Ghanéennes avaient battu les Camerounaises sur le score d’un but à zéro en match de poule. Le sort a encore voulu que les Ghanéennes se retrouvent face aux Lionnes lors de l’avant-dernier tour qualificatif pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro en
2016. Cette fois, après le match nul (1-1) concédé à Yaoundé au match aller, les Lionnes sont allées arracher la qualification à Accra en imposant un autre score de parité (2-2) à leur avantage. Ce que les Black Queens n’ont pas digéré cette « défaite » du 28 juillet dernier à Accra.

Les Jeux africains se sont alors présentés comme une bonne occasion de revanche pour les Black Queens, dès lors que le tirage au sort a de nouveau placé les deux équipes dans le groupe B. Elles se sont affrontées dimanche dernier et se sont séparées sur le score d’un but partout. Un résultat qui a placé les Lionnes en tête de ce groupe et les qualifiant directement pour les demifinales alors que le Ghana n’a obtenu sa qualification qu’au tirage au sort face à l’Afrique du Sud.

La finale de ce soir s’annonce alors chaude, sous un air de revanche pour le Ghana. « Ce sera un match plus difficile que celui de la demi-finale contre le Nigeria, parce que cette équipe ghanéenne que
nous connaissons joue très bien au ballon et peut surprendre à tout moment. Mais, nous allons mettre toutes les chances de notre côté pour pouvoir la contrer. Les filles pour la plupart tiennent aussi à démontrer que même sans les professionnelles, elles peuvent aussi remporter des titres », indiquait Carl Enow Ngachu, le sélectionneur des Lionnes, mardi dernier après avoir remporté le match contre les Super Falcons du Nigeria.
Les joueuses camerounaises sont conscientes qu’il y a leur titre de Championnes d’Afrique à défendre. « Ce sera un match à prendre très au sérieux, comme nous l’avons fait en demi-finale. Nous tenons à remporter ce match pour que cette médaille d’or soit comme un cadeau que nous offrons au peuple camerounais qui nous soutient toujours », promettait Michèle Akaba. Le coup d’envoi de la partie sera donné à 15h.

Achille Chountsa

La chronique
Hiondi Nkam IV
Moins forts

Les 11e Jeux africains s’achèvent donc demain à Brazzaville. Quel bilan peut-on en tirer ? Sur un plan général, la principale satisfaction vient de l’organisation de cette quinzaine olympique dont le principal mérite reste d’exister. Le pouvoir politique Congolais s’est plié en quatre pour donner des Jeux dignes à son peuple qui n’en peut plus du règne sans fin de Dennis Sasou Nguesso à la tête de l’Etat. Qu’importe ses motivations profondes, le gouvernement du Congo a réussi sa quinzaine et c’est tout en son honneur. On ne saurait être aussi enthousiaste pour ce qui est du volet sportif. En l’absence de plusieurs athlètes de haut niveau qui ne trouvent aucun intérêt à cette compétition, les Jeux de Brazza ont rendu une copie moyenne et aucun record d’envergure n’a été battu.

L’Afrique du Sud, l’Egypte et le Nigéria, puissances économiques mais aussi puissances sportives du continent se sont une fois de plus baladées laissant leurs concurrents à des années lumières.

Côté Camerounais, le catalogue n’a rien de reluisant. Il appert clairement que le pays sera loin de sa performance des Jeux de Maputo pendant lesquels il terminé 7e engrangeant 33 médailles dont 8 en or, 5 en argent et 20 en bronze. Pourtant, le gouvernement Camerounais avait fixé la barre haute, annonçant une prétention à la 5e place et une cagnotte de médailles mieux achalandée. Mais qu’a-t-il fait pour espérer plus ? Depuis Maputo, aucun gymnase n’a été construit. Aucune aire de jeu n’a été viabilisée. Réveillé par la sinistrose actuelle du sport roi dans son pays, Paul Biya avait annoncé en Septembre
2014 la création d’une académie de football. Ne me demandez pas ce qu’il en est devenu de cette annonce tonitruante. Le Président avait visiblement voulu botter en touche. Et dans le registre effet d’annonces, le ministre des sports Adoum Garoua a su garder la main. En Mai dernier, il a dévoilé son programme national pilote de détection et de formation des talents.

Le PAPOSY. Juste pour le fun.

Dans le même temps, les sportifs continuent de manger leur pain noir. Pas de salle d’entrainement, pas d’encadrement de jeunes talents, aucun minimum vital pour mener une carrière sportive. Pris dans ce
contexte, la vingtaine de médailles récoltées par nos sportifs relèvent de l’exploit car manifestement, le pays va à reculons en matière de sport.


Régression

A Brazzaville, le Volley-Ball n’a pas existé, le Basket-Ball a été balayé comme fétu de paille. Le Hand -Ball ne pouvait espérer mieux que du b r o n z e . L’haltérophilie confirme son déclin. L’athlétisme a fait le service minimum. Heureusement que nos boxeurs et nos Karatéka ainsi que ces insatiables Lionnes du football étaient là pour sauver ce qui pouvait l’être. Dans le registre des satisfactions, Comment ne pas aussi saluer la bravoure des représentants du pays en Handisport (sport pour handicapés) qui ont réussi à glaner 3 médailles en bronze et une en or pour redonner de la couleur à un tableau globalement sombre.

La devise Olympique invite au dépassement : « Plus haut, plus vite, plus fort ». Mais au Cameroun que représentent encore ces valeurs cardinales ? Le pays semble consacrer la régression alors même que d’autres multiplient des stratégies pour améliorer leurs performances. Dans un environnement sportif de plus en plus rationnel, ce refus du progrès qui nous semble consubstantiel se paie cash. Nous sommes là où nous méritons d’être. Et les prochains Jeux pourraient consacrer une chute encore plus vertigineuse si l’on n’y prend garde.
Hiondi Nkam IV

  • Hits : [ 3197 ] 18 Sep 2015 14:03:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité